Outils pour utilisateurs

Outils du site


4._installation_d_ubuntu_server

Installation d'Ubuntu Server

Cet article traite de l'installation d'Ubuntu Server pour sa facilité de déploiement. Debian est la distribution sur laquelle se base le projet Ubuntu, et s'avérera à la fois plus sécurisée et plus légère, tout en nécessitant un peu plus de maitrise pour son installation, qui est très bien décrite dans le manuel d'installation.
Ce dossier s'adressant aux débutants, je laisse ces indications en ligne en vous invitant toutefois fortement à utiliser Debian.

Récupération du cd

Dans un premier temps, il faut graver le cd d'Ubuntu Server afin de pouvoir l'installer. Cette manipulation est assez simple pour que je ne la décrive pas en détail. Sachez seulement que si la machine que vous comptez utiliser ne possède pas de lecteur cd, il est possible de passer par une clé usb ou par une installation en ligne.

Il est aussi conseillé de connecter la machine à internet avec un câble ethernet, même si votre installation n'est pas définitive. Lors de l'installation, le programme pourra ainsi télécharger directement les dernières mises à jour.

Début de l'installation

Démarrez donc la machine avec le cd dans le lecteur, et un premier écran devrait apparaître vous demandant de sélectionner la langue d'installation.

Il faut ensuite sélectionner la première option : “Installer Ubuntu Server”. Les quelques étapes suivantes sont assez explicites pour se passer de commentaires.

Partitionnement

Attention ! Les manipulations suivantes vont effacer toutes les données du disque dur, donc faites vos sauvegardes !
Si vous comptez utiliser un RAID , voir l'appendice IV.a sur la sauvegarde des données pour les étapes de partitionnement du RAID qui diffèrent.

Lorsqu'on vous le propose, choisissez le mode partitionnement manuel.

Ici, ça peut paraître un peu compliqué, mais pas de panique. Repérez la ligne contenant le nom de votre disque dur et sa taille ( 4.4GB et ATA VBOX HARDDISK dans l'exemple ).

Déplacer vous dessus avec les flèches de votre clavier et validez en appuyant sur entrée pour créer une nouvelle table de partitions.

Vous allez revenir à l'écran précédent automatiquement, à la différence que cette fois ci, il n'y a plus qu'une seule partition dans la liste sous votre disque dur, et il s'agit d'espace libre.

Déplacez vous sur cette ligne et validez en appuyant sur entrée. On va alors vous proposer plusieurs choix. Sélectionnez “Créer une nouvelle partition” et validez comme dans les écrans suivants :

Pour la création des partitions suivantes, ces étapes seront identiques à la différence que la partition sera de type logique et de taille différente.

Déplacez vous sur “Utiliser comme :”, appuyez sur “Entrée” et sélectionnez “Système de fichier journalisé ext4”

Déplacez vous sur “Point de montage :”, appuyez sur “Entrée” et sélectionnez “/boot”

Déplacez vous sur “Indicateur d'amorçage :”, appuyez sur “Entrée” pour faire passer l'état de “absent” à “présent”. * Important ! Si vous oubliez cette étape, le système ne pourra sans doute pas démarrer *

Vous devriez maintenant obtenir l'écran suivant :

Sélectionnez “Fin du paramétrage de cette partition” et validez.

Vous voila revenu au menu de départ, mais vous remarquerez qu'une partition est apparue dans la liste. C'est celle que vous venez de créer.

En répétant les mêmes opérations, créez trois autres partitions avec ces réglages :

Partition 1 ( celle qu'on vient de créer, pour mémoire )

  • Taille : 120 Mo
  • Type : Primaire
  • Emplacement sur le disque : Début
  • Utiliser comme : Système de fichier journalisé ext4
  • Point de montage : /boot
  • Indicateur d'amorçage : présent

Partition 2 :

  • Taille : La quantité de votre mémoire vive multipliée par deux.
  • Type : Logique
  • Emplacement sur le disque : Début
  • Utiliser comme : Espace d'échange (“Swap”)
  • Point de montage : n/a
  • Indicateur d'amorçage : absent

Partition 3 :

  • Taille : 2 à 8 Go en fonction de la taille du disque dur
  • Type : Logique
  • Emplacement sur le disque : Début
  • Utiliser comme : Système de fichier journalisé ext4
  • Point de montage : /
  • Indicateur d'amorçage : absent

Partition 4 :

  • Taille : Reste du disque dur
  • Type : Logique
  • Emplacement sur le disque : Début
  • Utiliser comme : Système de fichier journalisé ext4
  • Point de montage : /home
  • Indicateur d'amorçage : absent

Informations du compte

Pour les quelques étapes suivantes, à vous de mettre ce que vous voulez, en notant bien dans un coin de votre tête ce que vous écrivez pour vous en souvenir plus tard. Le nom d'utilisateur et le mot de passe seront utilisés pour vous connecter à votre session, mais également pour accéder à l'interface d'administration web, à votre ftp, et bien d'autres…

Il est possible de chiffrer votre dossier, mais sachez qu'en cas de réinstallation, il sera plus difficile de récupérer vos données. De plus, dans le cadre d'une utilisation serveur, cette option n'est pas vraiment utile.

Installer par défaut les mises à jour de sécurité garantie celle de système d'exploitation. Il faudra faire les mises à jour des différents serveurs régulièrement manuellement.

Sélection des paquets à installer

À cette étape, on vous demande quels paquets supplémentaires vous désirez installer. Je vous conseille d'installer au moins un LAMP, plus les serveurs dont vous êtes sûr d'avoir besoin en les activant avec la touche “espace” ( un astérisque apparaît alors devant les paquets devant être installés).

Il est possible d'installer tous ces serveurs plus tard si jamais vos besoins évoluent, rassurez-vous donc.

Après validation, le serveur va installer les différents composants et télécharger les dernières mises à jour du système.

Fin de l'installation et premier démarrage

Au moment de l'installation de Grub, on vous demandera si vous désirez l'installer dans le MBR du disque dur. La seule raison de refuser est d'avoir un deuxième système d'exploitation installé sur le disque, auquel vous voulez continuer à avoir accès. Dans le cadre d'une utilisation serveur, la réponse sera dans la plupart des cas “oui”.

Suivez les dernières indications de l'installateur …

Et voilà !

Pour vous connecter, entrez votre nom d'utilisateur, puis appuyez sur entrée. Entrez votre mot de passe ( rien ne s'affiche alors que vous tapez, c'est normal ) et validez une dernière fois pour vous connecter à votre session.

Il est à noter qu'ouvrir une session depuis la machine qui sert de serveur n'est nécessaire que pour les premières étapes d'installation. Lorsque les différents logiciels serveurs sont installés, ils sont configurés pour démarrer automatiquement au démarrage de la machine, sans qu'il ne soit nécessaire d'entrer un identifiant et un mot de passe. Ainsi, une fois votre accès distant configuré (webmin, ssh…), vous pouvez redémarrer le système à distance sans problème. Vérifiez toutefois que rien ne bloque le démarrage de l'ordinateur avant le lancement du système (un mot de passe au niveau du BIOS par exemple).

Dans toutes les commandes qui suivront dans ce dossier, lors de l'utilisation de “sudo”, il vous sera systématiquement demandé votre mot de passe; il s'agit du même mot de passe que pour ouvrir votre session.

Dans le prochain chapitre, on aborde l'installation de l'interface d'administration web : Webmin.

2014/03/28